Berrias et CasteljauCommune - ServicesTourisme - LoisirsActivite EconomiqueCommanderie de Jales Plan du site

Commanderie Templière de Jalès > Pour comprendre l’histoire de la commanderie de Jalès

13 octobre 1307 : Philippe le bel et l’arrestation des Templiers de France

(JPG)
Le cellier de Jalès

On peut imaginer Jalès par ce petit matin d’automne. Vendanges finies. Le cellier est encombré de grandes barriques où bouillonne la récolte.

Le jour se lève à peine quand la troupe de cavaliers en armes surgit dans la commanderie alors que chacun vaque à ses occupations religieuses ou profanes. Nous sommes le 13 octobre 1307 et le roi de France Philippe le bel a monté une vaste et minutieuse opération de police.

(JPG)

Ce matin-là, tous les templiers de France sont arrêtés. Ici, ils sont 5 qui seront interrogés à Alès puis transférés à Montpellier pour y être jugés. Les raisons de l’arrestation des Templiers sont multiples. Depuis la perte de Saint Jean d’Acre et la fin des Etats latins d’Orient il y a 16 ans, en 1291, le rôle de défenseur de ces territoires que remplissaient les ordres religieux militaires a perdu sa raison d’être.

(JPG)
Le siège de St Jean d’Acre

Les Templiers, après un court séjour à Chypre, ont cessé toute activité militaire, sont rentrés dans leurs commanderies d’Occident et se consacrent à la gestion de leurs domaines. C’est là leur vrai trésor. On compte en effet environ un millier de commanderies en Europe dont 800 en France.

(JPG)
La commanderie de Jalès (face nord)

Cette richesse fait bien des envieux et attire les regards de Philippe le Bel en difficulté d’argent. Il faut aussi rappeler que le roi est en conflit ouvert avec la papauté dont dépend exclusivement l’ordre du Temple. L’arrestation des Templiers est sans doute un dégât collatéral de ce conflit. Ajoutons à cela que les Templiers, après avoir été portés au pinacle par l’opinion publique pendant un bon siècle, sont au contraire l’objet de critiques populaires virulentes.

(JPG)
Le sort d’un certain nombre de Templiers

On les soupçonne de mœurs contraires à leurs vœux, de sorcellerie, de pratiques hérétiques... Ajoutons enfin que le roi de France a souhaité leur fusion avec les « Hospitaliers de St Jean de Jérusalem », un autre ordre religieux militaire moins déconsidéré et que le grand maître des Templiers, Jacques de Molay, refuse obstinément cette éventualité.

(JPG)
La fin de Jacques de Molay

On connaît la suite : après deux procès, l’un civil, l’autre religieux, le pape Clément V abolit l’ordre des Templiers le 22 mars 1312. Durant toute cette période, de 1307 à 1312, la commanderie de Jalès comme toutes les commanderies de France sera administrée directement par le pouvoir royal avant d’être confiée, moyennant finances aux hospitaliers de St Jean de Jérusalem.

 


Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --