Berrias et CasteljauCommune - ServicesTourisme - LoisirsActivite EconomiqueCommanderie de Jales Plan du site

A la découverte des richesses du territoire > Une nature sauvage > Promenades parmi les plantes > Une affaire de familles

(JPG) Trier, déterminer, classer, ranger dans des familles ; un bref coup d’œil sur la façon de voir des botanistes. Et, pourquoi pas aussi, de manière plus pratique, la présentation des arbres et arbustes de notre territoire.


Arbres : les seigneurs et les autres

(JPG)

Certains arbres ont fait la fortune du pays en ces temps anciens de prospérité agricole fondée sur la vigne, le châtaignier, l’olivier, le mûrier et le ver à soie. Bien des maisons cossues de nos villages, bien des mas parsemant la campagne témoignent encore de cette prospérité.

Premier venu parmi ces seigneurs, le chêne blanc fournissait son bois d’œuvre mais aussi ses « rames », branches feuillues qui servaient de nourriture hivernale aux troupeaux et finissaient leur carrière en litière. Autre bois d’œuvre, l’arbre à pain, le châtaignier, détestant le calcaire mais bien présent dans les terres alluviales du Chassezac, de Toul à la Rouveyrolle. Avec la maladie de l’encre au 19ème siècle et de nouvelles menaces aujourd’hui, le châtaignier a bien régressé. (...) Suite >>


Du petit bois : arbustes et arbrisseaux

Les arbustes

(JPG)
Le buis

La nature ayant horreur du vide, dès que des terres autrefois cultivées sont abandonnées à leur sort, une foule de végétaux plus rustiques les uns que les autres reprennent leur droit sur le sol. En premier lieu le buis, dont le bois fournissait jadis de solides boules de pétanque et dont les rameaux servaient de litière aux animaux de ferme avant de terminer leur existence en compost.

(JPG)
Le genêt scorpion

Vient après lui une foule de plantes épineuses bien armées pour résister à la chaleur et aux longs épisodes de sécheresse : le genêt scorpion aux jolies fleurs odorantes, ici appelé arjalas ou arjavelles,

(JPG)
Le prunellier ou épine noire

le prunellier aux fruits bleus,

(JPG)
L’aubépin ou épine blanche

l’aubépin aux fruits rouges,

(JPG)
Le cade

le genévrier et son cousin le cade dont l’huile est utilisée en dermatologie.

(JPG)
L’amélanchier

En sous-bois se développent d’autres espèces de plantes ligneuses de faible développement comme l’amélanchier aux fruits comestibles,

(JPG)
Le nerprun alaterne

le nerprun alaterne

(JPG)
Le cornouiller sanguin

et le cornouiller sanguin, tous deux porteurs de fruits toxiques.


Les orchidées, un groupe à part.

(JPG)

Bien que souvent de petite taille par rapport à leurs cousines exotiques, les orchidées de chez nous les valent bien en beauté. Avec une petite ancienneté, 20 à 30 millions d’années à peine, apparues bien après la disparition des dinosaures, les orchidées font figure de bizuts auprès des conifères, très fiers de leurs 300 millions de bougies.

Nées à une époque où l’air fourmillait d’insectes, elles ont pu tout à loisir s’associer avec eux, chaque espèce d’orchidée s’acoquinant avec une seule espèce d’insecte, pour que l’agent ailé transporte le fragile pollen vers le pistil. Autre originalité de nos orchidées, leurs graines, pour germer et se développer, ont besoin de l’aide d’un minuscule champignon auquel elles emprunteront le sucre qui leur fait défaut. Parasitisme ou entraide ?... Première venue en (...) Suite >>


Les grandes familles...

La Marguerite, la margarida [1]

C’est une vaste famille que l’on retrouve aussi parmi les fleurs d’été et qui compte des plantes comestibles ou tinctoriales. Parmi ses nombreux représentants locaux citons : Le bleuet (lo blavet), la carline, le carthame, img src='IMG/jpg/Centauree_-Paiolive-18-07-0.jpg' width='600' height='426' style='border-width: 0p Suite >>


 


Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --