--- CNRS ---
 CNRS à Â  la Commanderie de Jalès |
 



CNRS à Â  la Commanderie de Jalès
Retour

Date de publication : 19/06/2018

Un centre de recherches CNRS à la commanderie de Jalès :

 En 1984, le préhistorien Jacques Cauvin installe, grâce au soutien du CNRS et du Conseil Général de l’Ardèche, l’Institut de Préhistoire Orientale (IPO) à  la Commanderie de Jalès. Ce laboratoire est spécialisé dans les processus de néolithisation, c’est-à-dire la manière dont les sociétés sont passées du mode de vie des chasseurs-cueilleurs nomades à celui des paysans sédentaires. Cette évolution quasi universelle est née au Levant, et c’est sur cette région que se focalisent les travaux de l’équipe. Celle-ci se démarque par sa pluridisciplinarité : Jacques Cauvin est en effet un des premiers à faire collaborer des métiers différents, comme l'archéologie, l’archéozoologie, l’archéobotanique, la tracéologie. Les méthodes de recherches s’appuient sur les données de terrain collectées lors des fouilles (en particulier en Syrie) et font une très grande place à l’expérimentation. La recherche des gestes oubliés en taille du silex, industrie osseuse, mais aussi techniques agricoles, constitue là encore une approche innovante pour l’époque. Très dynamiques jusqu’au milieu des années 2000, les recherches menées à Jalès permettront des découvertes majeures sur la mutation de ces sociétés, dont les modes de vies inédits façonnent encore les nôtres aujourd’hui.

 Depuis une dizaine d’années, les activités du CNRS à Jalès évoluent. Le rattachement au laboratoire lyonnais Archéorient, puis le renouvellement des personnels permanents ouvre la voie à une thématique de recherches plus large. Axé sur l’étude des sociétés et de leur relation à leur environnement, Archéorient développe des programmes scientifiques qui portent sur une aire géographique allant du Caucase au Yémen, et de l’Italie à L’Iran. La composition également très pluridisciplinaire du laboratoire, lui-même rattaché à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, permet le croisement d’approches méthodologiques complémentaires, issues des sciences variées (sc. Humaines, sc. de la Vie, sc. de la Terre), sur une ère chronologique allant de la préhistoire à l’âge du Fer.

 L’antenne de Jalès constitue pour Archéorient un atout aussi original que précieux. On y trouve des espaces de travail dédiés à différentes disciplines (laboratoires et collections de références : zoologie, botanique, malacologie, lithothèque, sédiments lagunaires), ainsi qu’une bibliothèque spécialisée, une salle de formation et une carothèque, c'est à dire une collection de carottes sédimentaires. Des collections archéologiques y sont également mises en réserves sous la direction de la mission permanente El Kowm-Mureybet (Ministère des Affaires Étrangères). Les espaces extérieurs de la commanderie permettent de poursuivre les expérimentations et de conduire une douzaine de sessions de formations par an. Un petit hébergement facilite l’accueil des chercheurs et des étudiants, français ou étrangers, qui séjournent à Jalès pour des durées variables dans le cadre de leurs recherches, stages, ou séminaires.

 

CNRS à Â  la Commanderie de Jalès

CNRS à Â  la Commanderie de Jalès

CNRS à Â  la Commanderie de Jalès